Bortsch Cayenne

Le matin c’est le dédale (H)Ermitage jusqu’à ce que nous vienne, au bout de 4 heures, une sorte d’effet Stendhal à l’envers – ce dégoût qu’on finit par avoir de la foule, de l’art, de la beauté.

On déjeunera ensuite (enfin, il est quinze heures) dans une cantine populaire en sous-sol de la perspective, c’est copieux, sans gêne, simple, il y en bas le peuple pauvre, en haut des voitures de luxe sur l’avenue, le tout résumé dans le grand éclat de rire du jeu de mots Jicé, une Bortsch Cayenne.

Reste l’après-midi dans une autre part des collections, impressionnistes tellement que ça vous scie les jambes.

Je me souviens, dans le musée d’hier, d’une œuvre en maintenance.

dbo Écrit par :

2 Comments

  1. Herve
    19 juillet 2019
    Reply

    ? Calembour & co

    • dbourrion
      19 juillet 2019
      Reply

      C’est JC, il a fait la Sim Académie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.