Rien ne distingue

Au matin, découvrir à cent mètres une boulangerie Paul qui compensera l’indigence du breakfast de l’auberge (Nice Hostel, je balance) et nous fera manger dans une bulle française.

Ensuite, ce sera marcher puis prendre le métro. Avant, dessus le pont, penser Rien ne distingue cette ville d’une autre, ou presque, et tout est dans le presque mais tout de même, les lieux s’alignent – enfin, les villes que j’ai pu voir jusque là.

Dans le métro, les longues jambes, les mêmes visages dans leurs fatigues universelles.

dbourrion Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *