L’art de croiser des troupeaux sur la route

Le conducteur de notre fourgonnette évite les ornières comme un champion de ski de super G. Déjouer ces pièges routiers mobilise une attention de tout instant, ralentissement, coup de volant à gauche puis à droite et plus loin, doublement d’un camion débordant de laine.

 (Photographie Olivier Toussaint)

Mais le moment, où le maestro de la conduite exerce son art avec le plus d’évidence demeure la traversée d’un troupeau sur la route. Ralentir sans s’arrêter, poursuivre sa route avec autorité en donnant l’impression aux bêtes attardées que la camionnette n’est prête à aucun compromis. Et pour les bestiaux retardataires et un tantinet provocateurs, la rafale de coups de klaxon permet de précipiter le franchissement de la chaussée.

JiCé Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *